Linux things 🐧

un blog sur les technologies des logiciels libres et autres digressions

MuskX

Thu, 21 Mar 2024 21:10:45 +0100
# nostr   # social   # radicle  

Aujourd’hui je viens de quitter “MuskX” (Ă  ne pas confondre avec la crypto, quoique). Ca fait un peu bizarre car j’avais crĂ©Ă© mon compte en 2007 soit 1 an aprĂšs la crĂ©ation de Twitter. J’avais ce compte car j’avais Ă©tĂ© recrutĂ© pour dĂ©velopper un site web plus ou moins concurrent mais dĂ©diĂ© aux 16-25 ans. J’Ă©tais dĂ©veloppeur Ruby on Rails, framework web super tendance Ă  l’Ă©poque, et il y avait tout Ă  faire c’Ă©tait passionnant mais la cible visĂ© Ă©tait pour moi sans intĂ©rĂȘt. Il devait y avoir quelques “stars” de la variĂ©tĂ© française de l’Ă©poque sur le site mais ça n’a jamais pris.
J’avais eu l’idĂ©e d’utiliser un serveur XMPP afin d’y faire transiter les posts vers des bots Ruby qui faisaient des traitements et ainsi de rendre le site web asynchrone, c’Ă©tait bien sĂ»r avant la crĂ©ation de Redis. J’Ă©tais un peu fier de cette architecture et ça fonctionnait bien 😁

Aujourd’hui je lis ce texte de Ploum, La nouvelle informatique et je suis dubitatif. Comment peut-on se dire ĂȘtre passionnĂ© par l’informatique et utiliser une machine Ă  Ă©crire ? Si j’ai besoin de ne pas ĂȘtre dĂ©rangĂ©, je clique sur le bouton de GNOME “Ne pas ĂȘtre dĂ©rangĂ©”, je bascule Ghostwriter en plein Ă©cran et il a mĂȘme un mode « Hemingway ». Et au pire GNOME a un bouton mode avion 😑

En 2007, c’Ă©tait aussi la sortie de l’iPhone. Dans les bureaux un des dĂ©veloppeurs en avait achetĂ© un et le faisait tester. J’ai jetĂ© un oeil mais sans plus d’intĂ©rĂȘt que cela (genre le mĂȘme oeil quand j’ai dĂ©couvert Bitcoin en 2011 😭). Et pourtant c’Ă©tait le dĂ©but d’un nouveau monde qui allait changer le mode de vie de tout le monde. Il y a clairement un avant et un aprĂšs smartphone et Ă  moins d’ĂȘtre un rentier il est difficile d’y Ă©chapper. Mais cela ne veut pas dire subir !

L’informatique est passionnante, mais pas parce qu’on utilise vim et une machine Ă  Ă©crire. Elle est passionnante car elle Ă©volue sans cesse. Chaque annĂ©e voit son nouveau “buzz word”. Mais est-ce que cela veut dire que cela disparait ensuite ? non, le big data est toujours lĂ , on l’appelle data lake ou autres termes, on a parlĂ© de systĂšmes experts, de machine learning, puis d’IA et ils seront toujours lĂ . La blockchain ? elle sera toujours lĂ .
Ce qui est passionnant c’est que ce qui Ă©tait rĂ©volutionnaire en 2007 est devenu ensuite un usage courant. Et ce qui est rĂ©volutionnaire aujourd’hui sera courant plus tard. La technologie pose ses assises et c’est Ă  nous de faire des choix pour ne pas la subir et pour lui donner la bonne direction. La fuir c’est ne pas faire de choix, c’est donner raison Ă  ceux qui veulent qu’on la subisse. En d’autres termes cela voudrait dire que la technologie est comme ça et pas autrement. Or c’est faux.

Aujourd’hui j’ai supprimĂ© mon compte Twitter car je me suis rendu compte que je passais plus de temps sur Nostr, Bluesky et Mastodon et les idĂ©es prĂŽnĂ©es par son propriĂ©taire ne sont pas les miennes. Ces alternatives n’en sont plus, car elles sont dans mon quotidien, comme Linux l’est. J’ai essayĂ© et j’ai choisi.

De mĂȘme grĂące Ă  mes compĂ©tences, j’ai choisi de participer Ă  ce mouvement en mettant en place un noeud Nostr : Nostromo.
Je viens de mettre Ă©galement en place un noeud Radicle. Radicle est une forge dĂ©centralisĂ©e en P2P, Korben en parlait i ly a 5 ans, Radicle – Le Github dĂ©centralisĂ©. Depuis ils ont virĂ© la guignolerie IPFS et devraient sortir une version 1.0 fin mars.

Ce mouvement est celui d’une informatique diffĂ©rente, avec des valeurs, construite par et pour ses utilisateurs. Il parait que Linux vient de dĂ©passer 4% sur le poste de travail, cela semble trĂšs peu mais c’est Ă©norme pour un systĂšme sans marketing qu’on ne peut quasiment pas acheter prĂ©-installĂ© sur un PC, dĂ©veloppĂ© en grande partie par des gus en slipbar chez eux đŸ€™

Twitter est nĂ© un 21 mars 2006 et par une Ă©trange coincidence ce 21 mars je viens d’y mettre fin. Twitter n’existe plus dans mon monde, remplacĂ© par autre chose qui reprĂ©sente pour moi l’avenir. Dans les annĂ©es 2000 on a permis Ă  des monstres d’Ă©merger, mais les logiciels libres et rĂ©seaux physiques n’Ă©taient pas ceux d’aujourd’hui. Il est temps de rĂ©parer cela.

Liens

Radicle : le projet open-source alternatif Ă  GitHub vise Ă  faciliter la collaboration sur le code en mode peer-to-peer